Partager
A 10h00 TU (11h HF) vendredi, alors qu’ils évoluaient en 5e position à 950 milles de Salvador de Bahia, Sébastien Simon et Vincent Riou ont prévenu le team à terre que le second foil d’ARKEA PAPREC, le tribord, venait de casser. Le bateau volait de façon stable dans l’alizé et sur une mer plate. L’avarie est survenue alors que le monocoque naviguait à 28 nœuds.

« Nous attendions cette sortie du pot-au-noir pour accélérer en bâbord amure » explique Sébastien Simon. « C’était des conditions qui nous permettaient de le faire. Et effectivement ARKEA PAPREC a vite atteint une vingtaine de noeuds. On naviguait donc à une bonne allure quand subitement le foil a cassé sans raison apparente, dans des conditions normales d’utilisation. »

Pour rappel, le duo effectuait cette Transat Jacques Vabre avec ce foil tribord uniquement, le bâbord ayant cassé lors du convoyage vers Le Havre avant le départ. Et, au moment de la casse, l’équipage amorcait une belle remontée. « Sur cette Transat Jacques Vabre, nous n’avons rien lâché malgré l’absence handicapante de notre foil bâbord. Vendredi, nous naviguions dans des conditions favorables pour accélérer enfin et nous étions très contents du comportement du bateau. Nous pouvions à ce moment-là ambitionner d’aller plus loin dans le classement. L’avarie sur le foil tribord est venue anéantir nos espoirs et nous avons été très déçus avec Vincent. Comme nous nous battions de manière acharnée avec Charal, Banque Populaire, 11th hour ou PRB, nous n’avons pas voulu révéler immédiatement notre avarie » explique Sébastien Simon.

ARKEA PAPREC reste en course et continue sa progression vers Salvador de Bahia. Il occupe actuellement la 9e place. Sébastien et Vincent sont attendus tôt lundi matin sur la ligne d’arrivée (aux alentours de 9h du matin heure française).