Partager
La 8e journée de course débute sur ARKEA PAPREC qui file à bonne allure dans l’alizé, direction le Cap Vert. Après un empannage en début de nuit qui a marqué la fin de ce long bord tribord amure, le 60 pieds mené par Sébastien et Vincent est 9e ce matin. Le duo compte 166,5 milles de retard sur le leader Charal. Alors que les 10 premiers Imoca ont passé les Canaries hier et font route cap au Sud, les stratégies vont commencer à se dessiner à l’approche du pot-au-noir. Cette zone de transition orageuse entre les alizés de l’hémisphère Nord et ceux de l’hémisphère Sud est un endroit où les conditions sont imprévisibles et changent brutalement. Il y aura forcément des surprises !

"La mer s’est aplatie depuis hier, c’est largement plus navigable pour nous ! Il y a moins d’eau sur le pont, c’est plus vivable. Il fait chaud et nous sommes au portant sous grand gennaker " explique Sébastien.

"Le vent a un peu forci et pris de la droite dans la nuit. Pour le moment, nous allons tout droit vers le pot-au-noir mais notre but est tout de même de faire de l’Ouest. Les stratégies vont se mettre en place à l’approche du pot-au-noir. C’est assez incertain pour le moment car ce sont des prévisions à 4 jours. Le truc n’a quand même pas l’air très clair… Nous allons surveiller les premiers devant et refaire de l’Ouest si on voit que la route est barrée."

Victimes d’une avarie sur leur moteur de quille, chaque manœuvre demande encore plus d’efforts à Sébastien et Vincent qui doivent l’actionner à la main.

« Rien de grave mais c’est un peu plus compliqué ! Nous faisons plus de 500 allers-retours à 2 avec Vincent pour basculer la quille de 38°. C’est 5 minutes d’efforts sans s’arrêter : un peu sport ! »

Dans le Nord des Canaries, les derniers Imoca sont en train de s’extraire de la zone de calmes qui leur barrait la route. Il y a ce matin plus de 600 milles de retard entre Charal et Ariel II, l’Imoca qui ferme la marche.