Partager
Après les vents faibles d’hier qui ont occupé une bonne partie de la journée, ARKEA PAPREC glisse maintenant dans un alizé de Nord Est d’une vingtaine de nœuds. Sébastien et Vincent ont effectué plusieurs empannages (virement de bord au vent arrière) afin de contourner l’anticyclone situé au-dessus de Madère et faire route à l’Ouest pour passer au Nord de l’archipel des Canaries. Le duo est en 7e position ce vendredi matin à 70,1 milles du leader Charal.

« Le vent a vraiment forci cette nuit et on a affalé le spi pour sortir le grand gennaker. L’idée est de le garder le plus longtemps possible pour optimiser les changements de voile » explique Sébastien joint par téléphone.

« Nous avons enfin réglé notre souci de vitesse. Nous n’arrivions pas à passer la barre de 14 nœuds depuis le moment où Corum nous avait largués d’un coup, sans que nous comprenions pourquoi. Hier, Vincent a senti quelque chose se détacher de la quille et le bateau a repris de la vitesse. Je pense que l’on trainait quelque chose depuis deux jours ! 
C’est plutôt rassurant sur le potentiel du bateau car on voit qu’il avance bien. Nous en apprenons énormément sur son comportement et la façon de le mener.
 »

Hier, le passage de la dorsale anticyclonique et ses vents faibles ont permis au duo de nettoyer et vérifier leur monocoque : « Nous avons fait une mission check de tout le bateau comme les conditions le permettaient. A part quelques bidouilles, tout va bien. On arrive plutôt pas mal à se reposer maintenant. La fatigue accumulée permet de dormir profondément. »

Alors que le groupe de l’Ouest fait maintenant cap vers le Sud avec plus de 200 milles de retard, les leaders en Imoca se sont envolés : « Charal et Apivia ont fait le break depuis hier. Ils ne se sont pas faits attraper par l’anticyclone et ont pris beaucoup d’avance. A mon avis, on ne les reverra pas avant le pot-au-noir. Je ne l’ai jamais passé mais d’après ce que l’on m’a dit, il s’y passera forcément des choses ! » conclue le skipper d’ARKEA PAPREC.