Partager
Architecte naval reconnu, Juan K. a dessiné plusieurs monocoques vainqueurs de la Volvo Ocean Race. Mais cela faisait près de 10 ans qu’il n’avait plus conçu d’IMOCA. Déjà auteur des foils du PRB de Vincent Riou, le franco-argentin a dessiné le 60 pieds ARKÉA PAPREC.

« La collaboration avec Sébastien et Vincent s’est très bien passée. Vincent a endossé le rôle de pivot central entre nous trois. Il m’aidait dans la conception du bateau mais il me poussait aussi à essayer des concepts auxquels je n’avais pas réfléchi. En même temps, il me transmettait des informations sur les sujets dont il parlait constamment avec Sébastien et vice-versa. Sébastien passait beaucoup de temps à naviguer et Vincent lui redescendait toutes les informations. »

Seb nous a complétement fait confiance à Vincent et moi, chacun dans notre domaine mais il a toujours été très impliqué.

Juan K.

 

« Il a pris en main certains dossiers comme l’hydro génération d’énergie, qu’il a mené de bout en bout. Et tous les trois, nous nous sommes alimentés en information et autocritiqués.

Quand on construit un bateau, il y a très souvent des choix à faire. Moi je proposais des choses à Vincent et Sébastien qui les replaçaient dans un contexte de navigation. Et donc en mettant en commun toutes ces données, nous arrivions à tirer les bonnes conclusions. Parfois en faisant des compromis. En effet, ce qui te fait aller très vite à 20 nœuds peut te faire aller très lentement à 6 nœuds… Il y a eu beaucoup de discussions entre nous qui ouvraient sur des débats. Ensuite c’était toujours très clair entre nous : celui dont c’était le domaine de prédilection prenait la décision finale.

ARKÉA PAPREC est un foiler, nous l’avons conçu selon la nouvelle règle de jauge. La carène que nous avons imaginée permet d’exploiter davantage la performance des foils 

Dans les vitesses basses, la coque est primordiale et dans les hautes vitesses, ce sont les foils. Il faut donc utiliser les statistiques et accepter de faire des compromis sur le design.  Et quand tu as quelqu’un comme Vincent autour de la table à lire les statistiques, tu te rends compte de la chance d’avoir cet avis si précieux. Nous avons conçu un bateau taillé pour le Vendée Globe. Le fait qu’une seule personne doive pouvoir mener cette machine autour du monde est un des critères fondamentaux pour le design et la construction. »

Juan Kouyoumdjian © Martin Viezzer / Arkéa Paprec