Partager
Après plus de trois semaines de course, Sébastien Simon pointe en 7e position dans un peloton lancé aux trousses de Charlie Dalin, leader du Vendée Globe. ARKEA PAPREC a fait son entrée dans les 40e rugissants* qui, fidèles à leur réputation, promettent aux solitaires des conditions qui se durcissent dans les prochains jours. 

Cette nuit, la 2e dépression australe qui balaiera la tête de flotte va générer une trentaine de nœuds de vent et une mer formée avec des vagues de 5 à 6 mètres. Alors qu’il s’apprête à passer le cap de Bonne-Espérance, Sébastien devra également négocier un phénomène typique de cette région du globe : le courant des Aiguilles. Situé à la jonction entre les océans Atlantique et Indien, il descend de l’est de l’Afrique du Sud jusqu’assez profond dans le sud-ouest du continent. Les concurrents devront le prendre dans le bon sens pour espérer qu’il lisse un peu les vagues qui se formeront dans cette zone. Derrière, le répit sera de courte durée avec une dorsale anticyclonique peu marquée puis l’enchaînement d’une 3e dépression australe.

C’est peu dire que les prochaines 36 heures s’annoncent intenses pour Sébastien qui découvre ces mers du sud. Le skipper d’ARKEA PAPREC devra faire appel à son sens marin et ménager sa monture à l’entrée de l’océan Indien.

 

Sébastien en direct depuis son Imoca ARKEA PAPREC hier matin